Le défi de 1885 : les préparatifs

Royal Yacht Squadron
Les défis anglais
Quatorze ans ont passé depuis les incidents avec Ashbury et la rancune est tombée en Angleterre. À présent, un autre Anglais, Sir Richard Sutton est atteint par la fièvre de la Coupe. Le 26 février 1885 il envoie deux défis par l'intermédiaire de J. Beavor Webb, architecte des cutters Genesta et Galatea. Le premier, pour propre son compte, représentant le Royal Yacht Squadron et le second, pour le compte de son ami William Henn, représentant le Royal Northern Yacht Club. Le NYYC s'empresse d'accepter devant ces adversaires de marque qui sont en mesure de rendre son prestige à la Coupe de l’America. Il est convenu que le challenge de Sutton se courra en 1885 et celui de Henn en 1886, en cas d’échec du premier. Les arrangements pour le défi de Sutton sont mis en place rapidement dans une ambiance chaleureuse. Le nombre de courses est arrêté à trois et le premier club qui en remportera deux sera désigné vainqueur. Le defender devra être nommé avant le jour de la première course. Trois itinéraires sont sélectionnés en eaux profondes, au large de Sandy Hook dans la baie de New York et les régates devront se dérouler entre le 1er et le 16 septembre.

La recherche du defender
Le cutter Madge
La goélette qui régnait en maître depuis la victoire d'America n'est plus le type de bateau le plus rapide. Déjà lors du précédent défi américano-canadien en 1880, ce sont deux sloops, Mischief et Atalanta qui se sont affrontés. Les Anglais quant à eux, considèrent que leur cutter est le seul type de bateau capable de ramener la Coupe au pays. Pourtant, celui-ci est considéré dans un premier temps à la légère par les Américains. Mais en 1881, arrive à New-York sur le pont du vapeur Devonia, un cutter de 46 pieds qui va les obliger à ouvrir leurs yeux. Madge, mené par un skipper compétent, gagne 7 des 8 courses de la saison. Il sera seulement battu par le sloop Shadow mené par Aubrey J. Crocker. Rapide et maniable, Madge laisse une profonde impression et amène les membres du NYYC à la conviction qu’ils ne disposent pas d’un sloop suffisamment performant pour défendre la coupe contre un grand cutter puissant et rapide comme Genesta. Car côté Américain, la seule alternative est le sloop, large avec un faible tirant d'eau et une dérive. Il est rapide par brise légère, mais pas très performant dans le mauvais temps. Dès le printemps, le NYYC invite tous les clubs américains d’importance à construire un possible defender et à présenter un candidat pour défendre la coupe.

Le projet de Boston
Edward Burgess
En apprenant l'annonce du défi anglais quelques yachtsmen membres de l'Eastern Yacht Club de Marblehead (EYC) décident de former un syndicat et se proposent de construire un candidat à la défense tout en acceptant de courir sous la bannière du NYYC. Le syndicat décide de mandater la conception du futur bateau qui sera nommé Puritan, à un architecte naval quasiment inconnu, Edward "Ned" Burgess.
Les travaux commencent en mars dans le chantier de construction navale de George Lawley & Son au sud de Boston. Le navire est lancé le 26 mai et le voyage inaugural a lieu le 17 juin. Bien que le projet fasse sourire les New-yorkais qui ont surnommé Puritan le « bateau haricot de Boston », la création de Burgess représente un changement radical par rapport aux anciens sloops américains. En combinant la largeur, la puissance et la dérive du sloop, avec un peu de la profondeur et des qualités marines du cutter, il constitue un nouveau type à part entière qui va ouvrir la voie de l’évolution vers les monocoques modernes.
Lancement de Puritan le 26 mai 1885 © Nathanel Stebbins
Le syndicat de Boston confie la barre de Puritan au capitaine Aubrey J. Crocker de Cohasset dans le Massachusetts. Crocker n'est pas un inconnu. C'est un adepte de la voile de compétition qui a acquis une réputation d'intouchable à la barre du sloop Shadow en le menant cinquante sept fois à la victoire. Un exploit d’autant plus remarquable qu’il fut le seul à battre l’insolent cutter britannique Madge lors de la saison 1881. Après des essais très concluants, Puritan participe pour sa première course aux régates du EYCM sur un parcours de 30 miles. Il domine la flotte de bout en bout et bat facilement les sloops et goélettes les plus rapides de l’est américain.
Aubrey J. Crocker à la barre de Puritan  © J.S. Johnston
Le projet de New-York
De son côté, le NYYC a fait appel au célèbre architecte naval A. Gary Smith pour concevoir Priscilla, un sloop traditionnel de 95 pieds avec une coque en fer. Les deux navires participent aux régates du NYYC au cours de l’été et montrent leurs mérites respectifs pour la première fois. Priscilla est rapide dans le petit temps, mais pas autant que Puritan dans la brise. Lors d’un fort coup de vent le 3 août, Puritan devance Priscilla de 11mn 40s sur 40 miles dans la course des Sow and Pigs, au large de Newport et remporte ainsi la coupe des Goélettes. Cette victoire est si nette, qu’elle influencera le comité de la Coupe de l’America dans le choix du defender.
Priscilla   © J.S. Johnston
Les courses de pré-sélection
Puritan devance Priscilla et Bedouin
Puritan at finish *
La première course de sélection du defender américain se déroule le 21 août. Quatre yachts s’affrontent : Puritan, Priscilla, le cutter Bedouin et le sloop Gracie, candidat malheureux à la sélection en 1881. Puritan bat Priscilla de 1 min 14 s soit 11 min 12 s en temps compensé, Bedouin de 9 min 38 s (18 min 46 s tc) et Gracie de 9 min 35 s (35 min 53 s). La seconde course se déroule par vent léger sur un parcours triangulaire de 40 miles. Priscilla bat Puritan de 5 min 14 s, Gracie de 29 min 33 s et Bedouin de 43 min 46 s en temps compensé. La course décisive a lieu le 24 août à l’intérieur du parcours du NYYC dans une brise de sud/sud ouest avec 7 noeuds ½ de vent. Puritan bat Priscilla par 1 min 52 s, Gracie par 7 min 22 s et Bedouin par 13 min 56 s. Puritan est donc sélectionné le 30 août pour défendre la coupe.
* Il semble bien y avoir une erreur sur la date du 3 septembre 1885 portée  sur cette photographie. Si l'on en croit l'article du New-York Times, c'est le jour ou Puritan est mis en cale sèche afin de préparer l'affrontement avec Genesta (ponçage des oeuvres vives +  peinture au plomb) . Il ne s'agit pas non plus de l'arrivée de la deuxième course de la Coupe de l'America, car il est en blanc. En fait, il y a fort à parier qu'il s'agit de l'arrivée de la Coupe des Goélettes qui s'est déroulée le 3 août avec des conditions météo plutôt musclées.

Le challenger
John Beavor-Webb
Genesta est arrivé à New York le 16 juillet sous gréement de fortune. Dessiné par John Beavor-Webb et construit en 1884 par les chantiers D. & H. Henderson & Company à Glasgow, il a déjà une belle carrière derrière lui. Sur 34 courses disputées il a gagné 7 premiers prix et 10 seconds prix battant à un moment ou un autre les meilleurs bateaux de course anglais. Il est mené par le capitaine John Carter, un skipper compétent de Wivenhoe, un village au nord-est de Londres.
À la surprise générale, les Britanniques lancent les premiers la mode du secret, si tenace dans l'histoire de la Cup. Ainsi, dès que le challenger est mis en cale sèche, le 2 septembre 1885, pour un dernier polissage de la coque, Beavor-Webb refuse dans un premier temps de laisser voir la coque de Genesta. Du jamais vu !

Genesta en cale sèche © Beken of Cowes



Articles les plus consultés